alimentation·Lymphe·physiologie·plantes·santé

Le Coucou annonce le printemps!

Voilà le temps de ma fleur préférée!
J’adore son odeur! Comme tout le monde, chacun a son une d’affinité plus ou moins prononcée avec certaine plantes que d’autres. Je me suis finalement dit que mon corps devait en avoir besoin.

Du coup j’ai commencé l’investigation de ses propriétés médicinales. Et bien le Coucou fait bouger la lymphe!

Primula veris ou Primevère officinale (Cowslip en anglais), de la même famille que les Primevères. On a desfois l’espèce entre les 2: la Primula elatior, La Primevère élevée ou Primevère des bois ou le Coucou des bois (Oxlip en anglais).

‘Primus’, en latinpour la première fleur à sortir au Printemps. Autres noms: le Coqueluchon, le Coucou en rapport à l’oiseau, l’Herbe à la paralysie, l’Herbe de saint Paul.

Pour les 3 espèces on peut consommer les feuilles et les fleurs, la racine aussi, mais perso j’aime pas ramasser les racines.

       Structure de l’Anéthol

Il y a un fort effet calmant sur le système (para/sympathique), un anti-spasme, et une action sur la lymphe de la sphère Poumon car expectorante. Vu les noms: un effet contre la Coqueluche? Et contre la Paralysie! Il semble qu’elle soit une plante très puissante.

Elle contient du 5-methoxysalicylic methyl ester, de la primeverine et primulaverine. Salicilic ‘veut donc dire’ action Aspirine ou Paracétamol pour les doper d’entre vous. Dans la racine il y a de l’Anéthol, goût et odeur du camphre d’anis, 13 fois plus sucré que le sucre, similaire à l’anis (vert et étoilé) et au fenouil. L’Anéthol trouble l’eau du Pastis 😉 et anti-spasmodique et stimule la régénération du foie. C’est un isomère de l’Estragol, un composé de l’huile essentiel d’Estragon, du sous-groupe des phénylpropanoïdes (vu dans l’article sur la cure de raisin): qui sont aussi composants des parois des cellules, servent de protection contre les ultraviolets, de pigments et de molécules de signal. Les Coumarines et Flavonoïdes le Resvératrol en sont issus (voir l’article de la cure de raisin). Pour les propriétés des plantes voir l’article Anti-ceci, Anti-cela.

paraméthoxy amphétamine

paraméthoxy amphétamine

C’est un précurseur chimique du paraméthoxyamphétamine, un stupéfiant prohibé sous sa forme synthétique, d’ailleurs elle provoque dans le cerveau une forte libération de dopamine, sérotonine et de noradrénaline, donc sous sa forme naturel dans le corps, elle est bénéfique, car la Nature sait! Il n’y a pas d’effets secondaires avec une plante, mais beaucoup avec les drogues ou équivalents synthétiques, car dans la plante d’autres substances viennent équilibrer les actions. La Nature sait faire, l’Humain ne sait pas grand chose en faite!

 L’anéthol réagit avec le soufre pour former l’anétholtrithione qui présente quelques effets cholinergétiques (stimule foie/vésicule). Il est anti-microbien, anti-fongique (notamment Candida albicans), anti-levure, anti-nématode, bactériostatique. Il est meilleur pesticide que le DEET! Un anti-moustique donc, et comme avec toutes les racines on rentre dans la Phytochimie naturelle. Il est présent dans le Guarana et l’Absinthe.

La racine contient aussi des Saponines qui protège la plante contre microbes et fungi, cela donne un goût amer. Elle forme des complexes avec le cholestérol qui forme des pores dans les membranes cellulaires pour permettre la pénétration de macromolécules et protéines. Une nouvelle technique médical veut permettre de faire passer des immunotoxins dans ces ‘portes’ pour combattre cancer et lymphome, du coup cela veut dire que naturellement cela peut combattre aussi l’acidose? En tout cas elles améliorent le système immunitaire (voir études des saponines bio-actives de la Clématis, famille des Primevère), aussi anti-toxique des poisons donc neutralise les acides toxiques?

Les Saponines, donc du savon, s’occupent-elles des graisses des membranes cellulaires? (oui en combinaison avec le Cholestérol) vu que celles-ci sont lipidiques, la Nature sait naturellement quoi faire, du coup les Saponines pourrait être le savon qui récure un peu les vaisseaux, les dépôts trop gras, la lymphe trop grasses qui ne bougent pas?

En faite avec l’acidification d’un milieu on a des coagulations, une ‘rigidification’ des liquides, on passe d’un liquide à une gel à un solide, on verra cela dans l’article ‘Living Matrix’ car on touche aux cristaux liquides, à la polymérisation, etc…Des Saponines y en a plein la réglisse (participe à la synthèse des Stéroïdes dans les glandes surrénales.) aussi, une caractéristique donc des racines, tel Gingembre, Ginseng, Curcuma, Thé, Châtaigne…faudra aller voir! Elles sont toxiques pour le poisson d’où leur utilisation pour la pêche. Elle participe à la lyse du sang, destruction des érythrocytes/globules rouges (mais attention expérience faite avec injection directe).

Les Saponines Triterpènes, famille des Triterpènes, une condensation de six molécules d’isoprène. C’est la même base que les hormones, tel le Cholestérolphytostérols et phytoecdysteroids  (anti-insectes), et que les Hydrocarbures (famille des Terpènes!) Donc ils sont de base huileuse et sont liposolubles. Encore légèrement différent des Terpénoïde (comme le Carotène). Les terpénoïdes de plantes sont beaucoup utilisés en raison de leurs qualités aromatiques. Ils jouent un rôle dans les remèdes en herboristerie traditionnelle et font l’objet de recherche pour découvrir des effets antibactériens.

« Les terpénoïdes contribuent au parfum de l’eucalyptus, au goût de la cannelle, du clou de girofle et du gingembre et aux couleurs jaunes des fleurs. Parmi les terpénoïdes connus, on peut citer le citral, le menthol, le Camphre, la salvinorine A de la Salvia divinorum, les cannabinoïdes du cannabis, le ginkgolide et le bilobalide du Ginkgo biloba, et les curcuminoïdes du Curcumal’Éleuthéroside de l’éleuthérocoque. »

Curcumine

« Les terpénoïdes peuvent être considérés comme des terpènes modifiés, avec des groupes méthyle ajoutés ou enlevés, ou des atomes d’oxygène ajoutés. »

« Les stéroïdes et les stérols chez les animaux sont produits biologiquement à partir de précurseurs terpénoïdes. La liaison de protéines à des terpénoïdes a pour effet d’augmenter leur attachement à la membrane cellulaire ; cette modification post-traductionnelle s’appelle l’isoprénylation. »

« Les Stérols et Phytostérols jouent un rôle essentiel (essence ciel!) dans la physiologie des Eucaryotes. Le Cholestérol fait parti de la membrane cellulaire des Cellules et affecte sa fluidité et sert de messager en intervenant donc dans la communication cellulaire, comme le Cortisol chez l’Humain. Ils composent aussi les huiles de la peau humaine. »

 Les stérols , qu’on retrouvent dans la familles des triterpènes, c’est une sous-classe des stéroïdes, base des vitamines et hormones, liposolubles, présents dans tous les végétaux et actent comme des hormones phytochimiques ! Ça régule dur! Son mode d’action chez les végétaux est analogue à celui du cholestérol chez l’homme dans le maintien de l’intégrité structurale et fonctionnelle des membranes cellulaires.

« Chez l’homme, l’absorption intestinale des stérols végétaux est faible. Grâce à leur structure similaire à celle du cholestérol, les stérols végétaux se fixent sur les micelles qui transportent le cholestérol dans l’intestin, diminuant ainsi son absorption par effet de compétition. Le cholestérol non absorbé est alors éliminé dans les selles, induisant une diminution du LDL-cholestérol (qualifié de « mauvais » cholestérol) dans le sang. L’effet hypocholestérolémiant des stérols végétaux a fait l’objet de nombreuses études qui montrent une réduction de l’ordre de 10 % en moyenne du taux de LDL-cholestérol. Il répond à un effet dose avec un effet optimal dès trois semaines de consommation. Des études ont montré que les stérols végétaux seraient plus efficaces lorsqu’ils sont consommés au cours du déjeuner ou du dîner. »

C’est reconnu par l’EFSA! Et donc les hormones même si excrétées ou mal assimilées (aliments cuits?) agissent en très petite quantité dans notre système, comme pour l’effet perturbateur endocrinien, dans les rivières, des rejets des médocs et autres produits chimiques.

Les terpènes (résines, essences de térébenthines) ont deux propriétés fondamentales :

« (1) Ils ont des propriétés odoriférantes chez les végétaux (un exemple commun est le géranium).
(2) Du fait de l’alternance de simples et doubles liaisons (conjuguées) qui est caractéristique de la molécule, ils interagissent avec la lumière. C’est un système chimique constitué d’atomes liés par des liaisons covalentes avec au moins une liaison π délocalisée. »

Circulation électronique du Buta-1,3-diène

« La délocalisation des électrons crée une région où ils n’appartiennent pas à une seule liaison ou atome, mais plutôt à un groupe, les différences de probabilités de présence dans deux régions de l’espace voisines (ici pour une chaîne d’atomes) s’amoindrissent (on donne l’image d’un déplacement continu des électrons entre deux liaisons consécutives). »

« Les systèmes conjugués possèdent des propriétés uniques qui donnent des couleurs intenses. De nombreux pigments utilisent des systèmes d’électrons conjugués, comme la longue chaîne d’hydrocarbure conjuguée du β-carotène, donnant une couleur fortement orangée. »

« Quand un électron du système absorbe un photon de lumière de la bonne longueur d’onde, il peut être porté à un niveau d’énergie plus élevé. »

« Les systèmes conjugués de moins de huit doubles liaisons conjuguées absorbent uniquement dans les ultraviolets et apparaissent incolores à l’œil humain. À chaque double liaison ajoutée, le système absorbe des photons de plus grande longueur d’onde (et donc de plus basse énergie), et la couleur du composé s’étend du bleu au jaune. »

« Les composés orange ou rouges ne s’appuient typiquement pas que sur les seules doubles liaisons. »

Base Chromophores

« Les systèmes conjugués forment la base des chromophores, qui sont les parties absorbant la lumière d’une molécule, qui peuvent rendre un composé coloré. De tels chromophores sont souvent présents dans des composés organiques variés, et parfois présents dans les polymères, qui sont colorés ou brillent dans le noir. Ils sont habituellement causés par les systèmes annulaires conjugués avec des liaisons comme C=O et N=N en plus des liaisons C-C conjuguées. »

Anthraquinone

« La conjugaison dans les structures cycliques a pour résultat l’aromaticité, une stabilité inhabituelle présente dans certains systèmes conjugués cycliques.

     Mésomèrie du Benzène

Les composés aromatiques sont des molécules telles que le benzène dont les atomes forment des structures cycliques et planes particulièrement stables. Le terme « aromatique », introduit par August Wilhelm von Hofmann en 1855, fait référence au fait que ces composés peuvent avoir une odeur forte contrairement aux hydrocarbures saturés bien qu’on sache aujourd’hui qu’il n’existe pas de relation directe entre les propriétés olfactives et l’aromaticité chimique. »

« L’anthraquinone (chromophore) et ses dérivés naturels sont dotés d’un pouvoir thérapeutique avéré pour soigner tous les troubles fonctionnels intestinaux comme la colopathie fonctionnelle, la laxophobie, la constipation etc. L’anthraquinone et ses dérivés actifs comme les glucosides d’anthraquinone stimulent le péristaltisme de l’intestin grêle et augmentent les mouvements péristaltiques du côlon. Les glucosides d’anthraquinone se transforment dans le côlon en sennosides. Ces derniers sont hydrophiles et réduisent l’absorption de l’eau en vue d’avoir un bol fécal fluide. Ils évitent par conséquent, la formation de selles grumeleuses. L’anthraquinone est utilisé comme laxatif ou purgatif.  Les sennosides et les glucosides d’anthraquinone contiennent un groupe d’aglycone. Ils sont présents dans les gousses et les feuilles de séné, le rhizome de la rhubarbe, la bourdaine, la cascara sagrada et notamment l’aloès. »

                  Xanthène

Autre chromophore, le Xanthène« Ces composés sont la base d’une famille de colorants comme la fluorescéine, les éosines ou les rhodamines. Les colorants de type xanthène ont tendance à être fluorescents, brillant et varient du jaune à rose rouge-bleuté tout en passant par le rose. » 

Bref tout cela pour voir qu’on peut aller très très loin mais que la complexité et la simplicité de la Nature nous échappera toujours! Pas besoin de médocs quand la Nature fournit directement tout! Elle a déjà cuisinée pour nous, on a juste à se mettre à table, au pire se baisser pour ramasser. Pourquoi y détruire avec la cuisson? ou vouloir en extraire ses composés aussi par destruction?! Fût un temps, les pharmaciens faisaient eux-même leur préparation, ce temps est révolue et interdit!

On diabolise la Nature et les herbes médicinales, on fait la chasse aux sorcières aux mauvaises herbes qui ne sont que les pionnières de la régénération et la la dépollution du sol (détruit par l’Homme) et sont même souvent  le remède principal des ‘maladies’ de l’humain (Armoise, Renouée du Japon, etc…). On chasse aussi les Enthéogènes ou plantes toxiques qui elles aussi ont une bonne raison d’être…

Le Dr Jean Valnet, précise 8 à 10 % de Saponines, toute la plante est utilisée, aussi vermifuge et diurétique. Pour tous les états grippaux, la Coqueluche incluse  😉 Pour les migraines, vertiges, et l’hystérie, il y a bien une action sur la sphère cérébrale.

D’après Jean Palaiseul, les fleurs et les feuilles en salade, et la racine pour aromatiser la bière. Les fleurs sous forme de tisane sont sédatives et calmantes, le coucou fût un temps une panacée! En externe pour les contusions.

D’apres Mrs M. Grieve, il y avait une boisson narcotique de vin de Coucou, une liqueur fermentée, faite il y a longtemps. Le coucou marche pour tout ce qui touche à la Paralysie même l’Arthrite. Bon pour la mémoire et tous les problèmes de peau (plutôt les feuilles). Pareil pour la Primevère 🙂

Bartham dit, son action la plus importante est contre l’Hyperactivité, aussi vasodilatateur et anticoagulant des plaquettes sanguines (ou Thrombocytes, intéressant à explorer d’ailleurs! car constituant en faite du système lymphatique/immunitaire). Ces constituants: Flavonoïdes, Saponines glycosidées, Glycosides phénolique.

On a donc les sphère pulmonaire, cérébrale, nerveuse, intestinale et urinaire, et la peau!

Primula vulgaris

La question de départ étant, quel est l’influence de l’odeur des plantes?

Mais aussi, je vois que les plantes du bord de route, que je ne connais pas, m’attirent: en ais-je donc besoin?

Et bien, oui! Pour avoir fait l’expérience plusieurs fois, notamment avec la Verge d’Or (pour la sphère rénal).

L’odeur produit du plaisir directement, c’est très rapide donc au niveau de l’assimilation du système, et les molécules odorantes doivent être gazeuse à température ambiante et ont une action nerveuse, ce sont des produits volatiles comme l’essence, les huiles essentielles, voir odeurs, olfaction et odors. Apparemment on a des récepteurs organo-métalliques, on a donc besoin de Cuivre, de Zinc et de Manganèse pour sentir, une déminéralisation du corps entraine donc un sens de l’odorat moins développé. Déminéralisation peut donc signifier perte de communication avec la Nature…

On a un contrôle ‘epigénétique’ de la Nature!

Mais sait-elle donc ce dont on a besoin?!

Nous parlerait-elle? et n’écouterions-nous pas vraiment?!

Y-aurait-il un dialogue direct avec notre corps (sans l’interférence du mental!)? A une vitesse très rapide (la vitesse de la lumière)? voir même plus rapide, car elle peut nous attirer de plus loin, au-delà de la vue (non-localité Quantique)?

Même si, là, on parle d’une influence direct sur le cerveau (plus que sur l’ADN), mais le fait est que tout est lié et relié; on a donc une influence sur notre comportement, sur notre ressenti, sur notre humeur, etc…une action directe instantanée! Une action neuronale, hormonale, chimique, biochimique, métabolique, électronique donc électromagnétique, photonique donc lumineuse, voir sub-liminale…sublime inhale donc subliminale!

Oh! Printemps
Réveil, Éveil É Merveille!

— jackfruit —

Sources:

– Wikipedia.
– Dr Jean Valnet, Phytotherapie.
– Jean Palaiseul, Grand Mother’s secrets.
– Bartham’s Encyclopedia of Herbal Medecine.

Publicités

Un commentaire sur “Le Coucou annonce le printemps!

  1. Merci pour la précision de cet article très fouillé. Je n’en connaissais pas autant sur les primevères que j’adore moi aussi

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s