alimentation·hygiénisme·Lymphe·physiologie

Homo Aquaticus

On continue à explorer les dessous de l’espèce humaine et sa physiologie. C’est le fait que Michel Odent (auteur passionnant et visionnaire) et l’un des rares à reprendre la théorie de Elaine Morgan (une autre super auteure) du Singe Aquatique dans son bouquin « Naître et renaitre dans l’eau » (Water & Sexuality, 1990) qui me fait démarrer cet article.

le Dr Morse dit (et il mentionne à chaque fois le National Geographic qui le confirme) que l’espèce humaine est un ‘Islander’ (un insulaire, je préfère le terme anglais): une espèce des îles tropicales, d’où notre prédilection à être frugivore de part notre constitution et évolution. Et une question que peu aborde d’ailleurs, est l’importance des Omégas 3,6,9 dans notre nutrition. Même s’il semble bien quand même qu’il se retrouve en plus grande quantité dans les poissons d’eau froide (voir Udo Erasmus), il faudrait donc rajouter des coquillages, mollusques ou poissons (crus) dans notre régime ? Il me reste à lire le bouquin d’Odent sur les Omégas pour éventuellement intégrer plus de détails sur ce sujet, car il n’y a peut-être pas besoin d’une grosse quantité de ceux-ci.

Il reprend point par point les caractères qui font de l’homme une exception parmi les singes et les compare aux mammifères marins.

Le singe nu

Titre aussi de l’incontournable livre de Desmond Morris.

 » Il y a 193 espèces vivantes de singes. Parmi elles 192 sont couvertes de poils. Cette exception est un singe nu qui s’est donné le nom d’Homo sapiens « .

heHomo-aquaticusDarwin optait pour les avantages sexuels de la nudité. Alors que l’absence de poil est un trait caractéristique des mammifères marins.

Les mammifères marins qui quittent l’eau, tels phoques, loutres et castors, pour séjourner sur la terre par climat froid, et ils ont une fourrure d’air protectrice pour les changements de température. Notons que les humains n’ont gardé que les cheveux, la seule partie du corps qui est hors de l’eau lorsqu’on nage. La direction du duvet chez l’humain et les singes est différente; suivant, pour l’humain, exactement le passage de l’eau dans la technique de la brasse ou du crapaud. On retrouve cela chez la lanugo du fœtus (article sur Elaine Morgan à faire) qui gagne puis perds ses poils. La disparation des poils est indissociable de l’apparition d’une couche de graisse sous la peau et du développement des glandes sudoripares.

Le singe gras

La couche de graisse sous-cutanée caractérise tous les mammifères adaptés à l’eau, quels qu’ils soient. Cette couche protège contre le froid et permet de mieux flotter. Elle rend le corps « aquadynamique », même pour le bébé.

Le singe qui sue

On a une régulation de température, et des déperditions en eau et sel; donc relié à un environnement de l’eau de mer ? Et fonction d’imperméabilité.

Le singe bipède

La solution de l’avantage dans la savane de la bipédie est très critiquée car elle ne procure pas d’avantages. Il compare cela aux animaux marins pour changer de paradigme. Les pingouins se déplaçant dans une démarche plus humaine qu’oiseau, pareil pour sa nage horizontale alignée. Les mammifères marins se tiennent verticalement à l’approche de la côte, curiosité éveillée ! L’avantage de la bipédie dans l’eau pour un Primate se comprend vite. La colonne vertébrale des mammifères marins est dans l’alignement des membres inférieurs plus une grande flexibilité. La nage du style dauphine permet de faire 100m en 50 sec. Elaine Morgan rajouter que dans l’eau tout les problèmes de dos et colonne sont soulagés et allégés.

Le singe orgasmique

La position face à face se retrouve pratiquement que chez l’humain et chez mammifères marins (avec un état orgasmique aussi), pas chez les Primates. Le pouvoir de l’eau aurait-il rendu les humains plus orgasmiques ? Les femelles dauphins font l’amour de nombreuses fois par jour, toute l’année, même si pas en chaleur. Ils ont une vie sexuelle très active, se masturbent à un jeune age et ont des contacts homos et hétéros, cela est en relation avec le développement du néo-cortex. Chez les Bonobos aussi, qui est un singe aquatique comme le chimpanzé pygmée d’ailleurs.

Le singe qui pleure

Larme symbole de l’émotion humaine et du seul Primate…mais pas des animaux marins qui ont des glandes lacrymales ou autres glandes à sel. Le crocodile d’eau douce ne pleure pas mais le marin pleure, pareil pour les lézards. Les oiseaux de mer ‘pleurent’ par le nez, l’humain aussi. Le phoque et la loutre pleurent de détresse. C’est un outil d’excrétion du sel, cela cadrerait d’ailleurs avec ce que Shelton dit, que les larmes sont salées uniquement parce que les gens mangent du sel car un crudivore n’a pas de larme salé, et validerait l’hypothèse d’excrétion/élimination/détoxination.

Le singe attiré par l’eau

Eau-mo sapiens! Eau-m-Eau sapiens! H2O-m-H2O sapiens!

Les singes ne l’aiment pas, à part le chimpanzé pygmée et le macaque japonais. L’enfant est adapté à l’eau dès la naissance. Lors de la naissance ils peuvent rester jusque 40 mins sous l’eau, sorte directement sur le dos pour respirer, leur développement est plus avancé, si le bébé nage après la naissance, notamment le langage.

Le singe qui plonge

L’humain a des réflexes de plongée, ex: en se plongeant la tête dans la cuvette, le cœur ralentit. Il relate les faits de Jacques Mayol. On a un mécanisme d’adaptation à la plongée. On note que les animaux ouvrent leur narine pour respirer hors de l’eau; car ce n’est pas la fermeture des narines pour aller sous l’eau. Il mentionne une tribu d’humain disparu, les Agaiumba, les hommes aux pieds de canard de Nouvelle-Guinée.

Le singe qui parle

Il compare aussi la complexité de communication par le son des dauphins. Ils seraient capable de communiquer la location et de décrire les objets, et même d’échanger des émotions.  Son, eau, émotions, chant, musique, thérapies, tout est en relation…Les mammifères marins peuvent respirer et avaler en même temps. Les bébés respirent par le nez tant que le larynx n’est pas descendu, vers les 3 mois.

D’ailleurs cela est en relation et expliqué par Morgan, la mort subite de l’enfant entre 3 et 6 mois est liée à cela, la descente du Larynx, faire dormir les bébés sur le ventre augmente ce problème. Il faut qu’ils dorment sur le dos (Comme à la sortie de l’eau!) et la tête du lit légèrement surélevée. Le bébé peut donc respirer et téter en même temps. D’ailleurs cette période correspond à ce que dit Dr Morse sur le faite que l’enfant devrait commencer à être sevré après 3 mois par des fruits. Donc pour moi, il faudrait surveiller chez le bébé la descente du larynx, peut-être par un changement dans les vocalises, la façon de se nourrir et de respirer?

En milieu aquatique la continuité narine/poumon n’est pas un avantage, la respiration par la bouche permet d’inspirer de grande quantité d’air avant de plonger…perso je remarque que Mayol et les plongeurs respirent par le nez avant de plongée?

Le singe mangeur de poisson

C’est là que je ne suis pas d’accord, où il décrit l’humain comme omnivore. Par contre je suis intéressé en effet par le besoin en coquillage/poisson, le besoin d’Iode et de sel? (Sodium); et d’Oméga 3,6,9 qui rentrent dans la perméabilité de la peau et la constitution et le développement du cerveau. Aussi apport de Zinc, Sélénium, Vit. A et D, des huîtres par exemple en mode cru biensur! Le sel de mer étant biensur corrosif pour l’humain et non-assimilable (hétérotrophie); mais pas sur l’eau de mer, qui est assimilable, lire René Quinton.

Le singe malade

Là aussi, je suis pas trop d’accord, il mentionne les maladies mais comme chirurgien et homme médicale, il ne connait pas la physiologie de la lymphe et les explications du Dr Morse sur l’acidose. Il mentionne la fragilité de l’épaule humaine (mais sur un régime délétère depuis des millénaires…). Il mentionne une chose intéressante, la muqueuse nasale du bébé a des récepteurs au gaz carbonique, et quand un bébé dort il échange le gaz carbonique expiré avec sa mère…il essaye de corréler certaines choses avec certaines maladies…notamment les anomalies congénitales, tel les palmes entre les orteils qui est l’anomalie la plus fréquente.

Le singe qui inventa la sage-femme

Il dit qu’il y a des différences fondamentales entre l’accouchement chez les singes et les mammifères quadrupèdes mais des singularités avec les mammifères marins comme les dauphins.

Précisons que la guenon mange son placenta mais pas l’humain, ni les mammifères marins. Il ne l’a jamais observé même dans les états les plus instinctif dans laquelle la femme se met pendant l’accouchement (régression), il pense que ceci n’est qu’une élucubration intellectuel, de faire ceci.

Sinon il y a présence de femelles expérimentées chez le dauphin. Les mâles protègent de loin des attaques de requins, principalement en leur percutant le coté du foie! super intéressant! Frank Joseph dans son livre ‘Les dauphins, nos ancêtres‘ mentionne les recherches faites, notamment que les dauphins pourraient scanner le corps, ils localisent les cancers, ils émettent des sons de guérisons après consultation entre eux, etc…

Le singe au gros cerveau

Le degré d’encéphalisation du dauphin est supérieur à celui de l’humain. Les noyaux du Thalamus du dauphin sont super développés! Toutes les infos convergent vers le thalamus, toutes les fonctions sensorielles sauf l’odorat.

Les noyaux ne reçoivent pas de stimulations extérieur, ils se projettent sur des zones du cortex, zones silencieuses (histoire de pas les appelés zones poubelles). Comme chez l’humain, le cerveau est capable d’activités qui ne sont pas directement déclenchées par les fonctions sensorielles. Les dauphins verraient les couleurs et leur rétine contient des cellules similaires aux cônes et ils peuvent bouger les yeux indépendamment! Ils ont une peau très sensible, se caresse, se frotte, ils peuvent reconnaitre des dilutions extrêmes d’urines. On peut entrevoir les bases physiologiques de la pensée abstraite et même de la spiritualité. Frank Joseph dit même que d’avoir vu l’œil d’un dauphin le perçait, lui fait même penser que c’est des humains qui ont évolué ou sont retournés dans la mer et beaucoup plus que cela ! A voir son livre alors…

Le chainon manquant – Le déluge

Cela collerait au faite qu’on a du mal a retrouver le chainon manquant; s’il y a eu dans notre histoire une longue période de vie dans les eaux ou eaux peu profondes. Toutes les squelettes sont retrouvés prés de sources d’eau (rivières, lac, mer). La corne d’Afrique, notamment l’Éthiopie a été submergée, il y a 5 ou 7 millions d’années donnant une région d’îles (les alpes de Danakil de Léon La Lumière) ou d’eau peu profonde.

Il fait remarquer un fait très ‘drôle’ c’est que chez les paléoanthropologes, il y a la maladie de cacher ses découvertes avant de les déclarer, même pendant des années, et il fait la liste de ces personnes. Cela est le fait d’un énorme tabou comme partout en Science.

A l’origine de l’homo aquaticus est Alister Hardy (il l’a plus ou moins caché!), cette théorie en gros est la seule qui vient remettre les choses en place, et aussi retrouve la mémoire de l’eau ! Aussi Max Westenhöfer en 1942 avait un chapitre dessus, mais c’est vraiment Elaine Morgan qui l’à étayer et reprise. Darwin dit que l’environnement des îles accélère le processus d’évolution. Morgan reprend tous les critères au-dessus et les passe en revue et ridiculise beaucoup des critiques et problèmes de la Science sur ce sujet.

Mythologiquement parlant, l’eau est l’élément primordial de la création. Selon les légendes sumériennes, heBalenababyloniennes et mésopotamiennes, la civilisation aurait commencé grâce aux baleines. Elles auraient enseignées aux humains que la notion de cycle est une clef pour comprendre les lois de la nature. Ethymologiquement, anglais et scandinave, un mot qui dit « roue » ou « cycle » est (wheel, hvel, hval) et baleine (whale, hjol, hiul, hjul). Je rajouterais « whole » qui derive « holistic ». Dans ballaena, on retrouve la balle, la sphère…

Le terme latin ballaena est probablement un emprunt du terme grec d’Aristote, dans son traité de zoologie, de φάλλαινα, « phállaina » qui peut se traduire par « chose gonflée »

Donc on revient un peu dans les rondeurs et le cercle…et le phallus donc à Phi = Φ :le phallus dans le vagin, l’un dans le tout, l’unité dans l’infini.. .

Le terme « dauphin » dérive probablement du grec ancien δελφίς / delphís, peut-être lui-même issu de δελφὐς / delphús, « utérus » ou apparenté à delphax, le porc, qui partage une couche de graisse analogue.

Lié aussi à Delphes et l’Oracle…qui abritait également l’Omphalos ou « nombril du monde »

Apollon lui-même aurait fondé le sanctuaire de Delphes après avoir construit le temple de Délos. Le temple était alors gardé par un serpent nommé « Python », fils de Gaïa (la Terre) et gardien d’un oracle consacré à Gaïa. Apollon, désireux d’établir un oracle pour guider les hommes, tua Python (il le laissa pourrir au soleil par la suite) avec son arc et s’appropria l’oracle.

Dauphin comporte aussi Phi, Φ, le nombre d’Or, D’eau-r. Il y a aussi une belle exploration à faire dans la mythologie, l’ésotérisme et le langage des oiseaux.

On fait allusion aux mammifères retournés à la mer, donc aux cétacés, animaux à sang chaud qui respirent de l’air, se développent dans l’utérus et sont alimentés au sein ! Un retour à l’eau fait il y aurait 70 millions d’années par quelques espèces terrestres. Les vaches de mer, les lamantins, dérivent des mammifères végétariens à sabots. Les phoques, otaries et morses dériveraient des mammifères carnivores. Les castors des rongeurs terrestres. Donc pourquoi pas un Primate?

Comme l’Oréopithèque, singe aquatique. Les oiseaux aussi sont retournés à la mer, comme le Pingouin. Ainsi que des Reptiles tel le Crocodile et le Serpent de mer. Le passage entre les deux est assuré par l’amphibie. L’Éléphant étant un candidat car il a beaucoup d’aptitude à l’eau. Pas de poils, orteils palmés, vulve femelle antérieur, pénis mâle rétracteur, orifices narines en dessous des yeux, cœur en 2 pointes. L’éléphant est un excellent nageur (voir le sud de la Thaïlande), il utilise sa trompe comme un snorkel. Présence aussi d’une sage-femme éléphant. Pas mangeur de placenta, pas le néo-cortex développé comme le dauphin mais par contre un thalamus avec des points communs et aussi très développé.

Igor Tcharkovski, un pionnier et visionnaire, a beaucoup étudié la collaboration avec l’espèce humaine et les dauphins et propose beaucoup de choses, telles que le sonar du dauphin qui détermine si la femme est enceinte, mais qui communique aussi avec le foetus…On sait qu’ils aident les enfants autistiques à communiquer, et des personnes prétendent qu’ils communiquent avec…

Les aborigènes du nord de l’Australie disent qu’ils sont en communication directe avec les dauphins, leurs chamanes parlaient avec eux, « d’esprit à esprit », avec un jeu de sifflements élaborés.

En aparté:

— Les baleines sont liées au cycle de l’eau et à la fertilité, elles ont un rôle très important, notamment expliqué par Paul Watson, elles sont les ‘vers des mers’ et avec leur caca fertilisent la mer et nourrissent le planton.

— Les lymphocytes (système immunitaire donc lymphatique), leur membrane secrète tous les médiateurs connus au niveau des cellules du cerveau et dispose de récepteurs pour ces neuro-médiateurs (donc système nerveux et hormonal).

— Certains monocytes, cellules du système immunitaire nées dans la moelle osseuse, peuvent pénétrer dans le cerveau et s’y transformer en cellules dites « gliales » ! (dont le rôle est mal connu).

…to be continued…

Mise à jour :

David Attenborough, l’icône vivante de la BBC, mets à jour les découvertes faites qui viennent supportées cette théorie, écoutez le radio show de la BBC en anglais.

Voir la mise à jour dans l’article suivant, cela confirme l’évolution humaine d’une nature côtière et insulaire…

— Jackfruit —

Source:

Naître et renaitre dans l’eau – Michel Odent
Des origines aquatiques de l’homme – Elaine Morgan
Le singe nu – Desmond Morris
Kaluchua – Michel De Pracontal
The year of the Gorilla – George Schaller
The Scars of Evolution – Elaine Morgan
Le singe en nous – Frans de Waal

Publicités

Un commentaire sur “Homo Aquaticus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s